Illustration Garance doré

Coucou Charlène ! C’est toujours un plaisir de regarder tes vidéos, surtout celles en Australie j’ai l’impression de voyager un peu avec toi au soleil. Merci pour ce petit montage qui nous permet de découvrir King Park, c’est super sympa. J’admire aussi chez toi ton indépendance, j’ai l’impression que tu sais toujours quoi faire et où aller dans ta vie, et pas forcément accompagnée, ça ne semble pas te déranger d’être seule. D’autant plus que c’est une chose assez compliquée à notre âge que de savoir ce qu’on veut faire dans la vie…
Profite bien de l’Australie ! ❤️
Léane

Ma petite Léane, avant toute chose, merci pour ce message que tu as pris le temps de me laisser. Je le dis bien souvent lorsque je vous lis mais c’est toujours quelques choses qui me touche d’une manière particulière. Que ce soit d’adorables petits mots comme des mails parfois très constructifs qui me permettent d’avancer, je suis touchée quotidiennement par ces attentions qui prennent de votre temps. 

Je n’ai jamais été d’un tempérament très expressif ou bien excentrique. J’aime la discrétion et rester en retrait, concentrée sur mes objectifs. C’est ainsi que je fonctionne depuis que je suis petite et davantage encore depuis ces dernières années. Un problème de santé est généralement l’élément déclencheur qui permet de se rencontrer sur le vrai. J’ai aussi pu tirer du positif de certaines étapes de ma vie. C’est ce qui m’a fait changer et devenir la personne que je suis devenue. 

À voir : Ces petites choses qui feront de vous une personne inspirante 

Le tempérament est transmis par les gènes et notre éducation, c’est en tout cas ce que je pense. Le contexte dans lequel nous grandissons participe à l’évolution de chacun. Mes parents ont toujours tenus à ce que nous ne manquions de rien mes soeurs et moi. Bien qu’ils est toujours été là, ils veillaient à ce que nous nous débrouillons par nous-même, sans compter toujours sur les autres. Être indépendante et ne compter que sur moi, c’est ce que me disait ma maman dès lors que je lui soumettais mes idées de métiers, de ces choses que je souhaitais faire « lorsque je serais grande ».

Ma maman a, depuis toujours, été un exemple pour moi. Je pense que c’est aussi le cas pour toi Léane ? Tu as probablement dû côtoyer certaines personnes que tu trouvais inspirantes ou qui avaient ce petit quelque chose qui les rendaient si particulières… Ma maman est cette femme déterminée, dévouée pour ses proches (et ses enfants particulièrement) et très malicieuse dans son travail. Elle parvient toujours à trouver des solutions pour tout, sans l’aide de personne et arrive à ses fins sans compromettre la réussite des autres. Je pense que c’est aussi ce qui fait sa force, en partie du moins. Je pense que beaucoup apprécient sa manière de travailler : foncer jusqu’au bout pour arriver à son objectif sans écraser les autres. Ma maman est définitivement une femme indépendante qui ne semble avoir besoin de personne… 

Je pense être comme elle et mes proches font parti du peu de personnes qui comptent réellement pour moi. Ces seules personnes pour qui je serais prête à faire sacrifices et concessions. C’est dans cette optique et cette volonté d’arriver à construire mes propres projets que j’ai adopté -involontairement- ce caractère solitaire. Alors non, je n’ai pas peur d’être seule, parfois bien au contraire. Me retrouver dans un parc, marcher, lire ou écrire sur un banc à regarder ceux qui m’entourent ne m’effraie pas. Me sentir entourée par une quantité de personne pour qui je ne représente que très peu ne m’intéresse pas. Je préfère davantage me concentrer sur les choses que j’ai envie de faire dans ma vie, mes projets et partager avec de nouvelles personnes faisant parties d’un nouveau cercle venant s’ajouter à celui de ma famille : vous !

À voir : mon journal de stagiaire 

Alors oui, finalement voyager seule et aller à la rencontre de nouvelles personnes ne me dérange pas, partir dans une bibliothèque calme et silencieuse pour travailler et avancer sur mes projets ne m’apporte pas de honte. Sortir en soirée ou en boîte de nuit, ce n’est que très peu pour moi. Et si pour paraître cool aux yeux des autres, il serait peut-être nécessaire que je sois entourée par quantité, je préfère définitivement garder mon cool à moi, peut-être de travailleuse éperdue mais sans lequel je ne pourrais pas vous écrire actuellement d’un van qui traverse l’Australie pour 21 jours… 

© illustration : Garance Doré